logo echecologie

NEWSLETTER N°2 - Septembre 2018

bannière echecologie

puce noire REUSSIR A PROUVER SA VALEUR,
ECHOUER A ETRE RECONNU DANS NOTRE VIE PROFESSIONNELLE

La qualité de la relation entre un employé et son employeur, entre un fournisseur et un acheteur, entre un commercial et son client passe par un échange de valeurs. C’est souvent l’apporteur de la valeur initiale qui fait l’effort :

puce blanche De quelles compétences avez-vous besoin, que puis-je faire pour vous ?

puce blanche Quel service, quel produit puis-je vous proposer pour que vous passiez la commande ?

puce blanche Quelle rémunération dois-je vous proposer pour votre fidélité et le maintien de votre motivation ?

Toute relation pourrait être vue avant tout comme une transaction ; C’est d’autant plus vrai quand il y a une contrepartie à la valeur initiale comme de la rémunération, du chiffre d’affaires, des avantages. C’est sûrement moins vrai dans la relation sentimentale, quoique parfois …

Il y a matière à réussir et à échouer que l’on soit employé, employeur, commercial, conseil …

puce blanche Sommes-nous sous-payés ? Surexploités ? Reconnus ? Bien positionnés ?

puce blanche Comment prouver notre valeur, la mesurer, la faire reconnaître, et la faire payer ?

puce blanche Quels éléments concrets nous permettent d’être satisfaits ? Sommes-nous satisfaits ainsi ?

A propos d’un employé … 

Chaque année, les collaborateurs de l’entreprise préparent leur entretien individuel que beaucoup estiment par ailleurs inutile. Les objectifs passés et futurs sont évoqués au regard des résultats obtenus et des prochains avec les efforts, les stratégies et les moyens à mettre en œuvre. Pour autant, les fruits de cet échange - quand il a vraiment lieu – sont trop rarement source d’augmentation de rémunération, de primes, ou de changement de statut. Le lien n’est pas fait, et la satisfaction rarement au rendez-vous. La valeur dégagée par le collaborateur ne se retrouve pas toujours naturellement dans son pouvoir d’achat. Un peu de chantage au départ pour les plus hardis, une dose de négociation pour calmer le jeu. A la fin du compte, des comptes, on oscille entre le Non-Echec et la Non-Réussite. Un sentiment de temps perdu, rien de suffisant pour dynamiser la suite, pour se mobiliser durablement. La valeur en bas à droite de mon bulletin de salaire ne me donne pas beaucoup de valeur aux yeux de mon employeur, et des miens.

bouton lire la suite

puce noire METISSE Finance accompagne Gaël … jusqu’aux JO de Tokyo en 2020

Interview de Gaël QUERIN du 15 Août 2018

Bonjour Gaël, alors quoi de neuf depuis notre premier interview de Juin ?

Ma préparation s’était bien passée jusqu’au 26 Juin, jour de mon anniversaire, où je me suis cassé le coude pendant une séance de perche, c’était une semaine avant les Championnats de France Élite. Expérience très très douloureuse, je n’avais jamais ressenti de douleur aussi forte. Après plusieurs jours d’examens, verdict : rupture totale des tendons et des ligaments du coude en interne. C’est ma première grosse blessure dans ma carrière de sportif de haut niveau. Voilà où j’en suis aujourd’hui.

Comment vis-tu cette situation ?

Dans un premier, avec beaucoup de positivité, tout n’arrive pas par hasard ... c’est ce que je me disais ! Mais au fil des jours, le fait de ne plus faire de sport, de voir les résultats de mes adversaires, j’ai vu une frustration monter en moi. En plus de ma douleur physique car j’avais mal, j’ai vu, au fur et mesure des jours, une douleur morale et psychologique s’installer. Je reste encore aujourd’hui très frustré de ne pas avoir pu défendre mes chances lors des différents Championnats de l’été.

Es-tu déçu de toi, de ton corps, d’un geste technique malheureux ?

Non, c’est un accident que je n’aurai pas pu prévoir. Après quand je revois ma chute avec des « si j’avais ça ou cela », bien sûr que je me serais pas cassé le bras mais ce sont les risques du sport de haut niveau.

Une blessure, est-ce un Echec ?

Oui et Non. Un échec Oui, intérieurement car je n’ai pas fait de compétition, je n’ai pas pu défendre mes chances et donc finalement, c’est vu comme un échec. Mais à la fois Non, car c’est un accident, c’est une réalité que je suis obligé d’accepter et qui fait que je dois vivre avec sans me morfondre sur les résultats que j’aurai pu faire. Il faut le transformer et l’utiliser pour rebondir et passer à autre chose.

Comment concrètement se fera ton retour ?

Le retour va être très progressif, j’ai subi, après avoir fait tous les examens complémentaires, une intervention chirurgicale afin de tout rattacher dans mon coude. Du coup un mois d’immobilisation totale.

Retrouvez l’Interview de Gaël QUERIN du 13 Avril 2018

Oui, Réussir,
c’est d’abord
arrêter d’Echouer !

pictogramme téléphone
(33) 06 20 50 30 04
logo echécologie
www.echecologie.fr